lundi 6 novembre 2017

Les arnaques des agences de mannequins en Tunisie


Rushka, une arnaque bien organisée




Arnaque Rushka

L'agence utilise des gros bras pour faire taire toute opposition au cas ou les victimes viendrais demandé des comptes sur leurs argents quel ont versé a l'agence au moment de leurs inscriptions.

Je me suis intéressé aux agences de mannequinat pour la raison simple, après avoir recueilli quelque témoignage par hasard, j'ai apparemment soulevé un lièvre comme ont dit dans le jargon. Je ne prétends pas me substituer à la justice, je dis simplement aux lecteurs que ce que je constate est la triste réalité sur le terrain. Commençons par un état du marché en Tunisie et un nom revient souvent chez les jeunes filles apprenti aux métiers du mannequinat c'est Rushka.

Le marché du mannequinat


Il existe 5-6 agences de mannequinat en Tunisie, toute n'ont pas les la même couverture et le même succès. Il y en a qui travaille bien dans l'ombre et d'autre qui bénéfice de l'appui des médias et ceux ne se rendent pas compte de la supercherie auquel elle participe via les chaînes de télévision. À coté, ont trouve toute une faune sauvage composée de stylistes connus du milieu de la mode qui sont de vrai Arnaqueur en puissance comme ont le verra plus tard dans un autre billet. À ceux-là, je livrerais le nom plus tard. Il y a ceux qui se sont servi des mannequins pour leurs marques de vêtement en mentant et en escroquant des mannequins débutants .

Le marché en Tunisie n'est pas structuré et il n'existe donc pas de syndicat ou d'association pour réguler l'activité du mannequinat. En d'autres termes, n'importe qui peut ouvrir une agence de mannequinat et faire tout et n'importe quoi. La justice devrait se pencher sur les cas d'escroqueries, arnaque, travail au noir qui régissent le système, blanchiment d'argent. Et il y a du pain sur la planche. Certain comme Rushka ont mis en place un système bien roder pour prendre l'argent des mannequins débutant. Il existe même des cas de harcèlement sexuel auquel un dirigeant s'adonne sur des mannequins dont j'ai obtenu au moins le témoignage d'une victime, une agence qui a pignon sur rue aussi. On y reviendra sur ce cas-là et les autres dans le prochain billet que je publierais plus tard.

Rushka


Il n’a pas fallu longtemps pour comprendre et ramasser des témoignages a la pelle pour s'avoir ce que cache cet pseudo agence qui fonctionne en bande organisée. Commencont par le commencement. Son fondateur ou associé se fait appeler Andrée Tounsi sur Facebook, en réalité il n'a rien de Tounsi. Il n'a juste de tounsi que de nom .... Il s'appelle Ander et est d'origine turque, c'est juste un simple DJ de musique qui n'a même pas un diplôme et qui sait associé avec un Tunisien et des Turques du bled.

Inscription


Pour cette partie, je me suis attelé à recueillir plusieurs témoignages auprès de victimes de l'agence. Comment ? en les contactant directement, et en leurs demandant de m'explique ce qu'il se passe. Ca na pas bien été long, des qu'ils ont compris ma démarche. Ils ont parlé directement en me confirmant que c'est bien une ARNAQUE bien organisée.

Une fois qu'un mannequin contacte l'agence via Facebook ( ils n'ont même pas de site internet !), Rushka promet au mannequin en échange de 90 dinars l'inscription et un shooting photo au sein de leurs bureaux. C'est la que ça commence à chauffer. Toute les messages se font exclusivement en majorité via SMS !

Une fois que vous acceptez de passer à la caisse, on vous présente un document à signer avec le montant à payer cash. Aucune obligation n'est faite dans le chef de l'agence. Vous pensez que vous allez passer des castings et bien le seul casting que vous allez passer dans votre vie c'est votre miroir. (croyez-moi). Avant de signer le document ont vous promet oralement que vous allez voyager et qu'une fois inscrit vous serez une vraie mannequin et que vous allez être un mannequin connu en Tunisie. Ça, c'est votre rêve ! Mais dans la réalité c'est une autre histoire, ont vous diras n'allez pas voir ailleurs dans les autres agences, patienter, patienter encore ... 16 mannequins m'ont dit qu'il patiente depuis des années sans rien voir venir ...

Débute alors le shooting dans leurs bureaux devant un support mural avec un photographe débutant. Quelque photo sont prise et on vous dit comment poser en photo et vous pensez avec le coeur léger que tout est fait dans les règles de l'art.

Puis 1 mois passe, 6 mois, 1 an et puis plus rien. Et un beau jour vous vous dites pourquoi j'ai payé 90 dinars. (Moi aussi). Et bien vous avez payé 90 dinars pour rien du tout, juste pour alimenter leurs portefeuilles de sont dirigeant.

Autre temoignage


X à contacter Rushka en 2015, étant pauvre il ne pouvait pas se permettre de payer 90 dinars d'un coup étant étudiant sans travail. Quelle fut sa surprise de recevoir un énième mail de l'agence pour lui proposer une réduction de 30 dinars. À 60 dinars l'apprenti mannequin a choisi de s'inscrire, aujourd'hui il attend la suite encore aujourd'hui par ce qu'il pensant qu'en fessant un shooting photo dans un studio les portes s'ouvriraient a lui !

Pour en revenir à l'arnaque de Rushka et les inscriptions bidon, sachez que ça n'existe qu'en Tunisie. Dans aucun pays du monde on demande à un mannequin débutant ou confirmé de payer une inscription. Ce qui se passe en Tunisie est une honte ... La justice aurait à y gagner en recueillant les témoignages des victimes, je suis sûr qu'il en existe des milliers en Tunisie.

Des jeunes livrés à des requins

Des milliers ou des centaines de jeunes enfants ont payé de l'argent et ont eu leurs rêves brisés. Avec plusieurs filles avec qui j'ai discuté ceux ne croie plus en rien à cause de Rushka. Ils n'ont rien obtenu en échange de leurs argents. Quand on paye de l'argent, c'est pour obtenir un service en échange. Dans ce cas présent, les jeunes mannequins qui ont accepté de donner leurs images lors du shooting photo au moment de leurs inscriptions n'ont même pas droit à une photo en retour de l'agence. Ça peut paraître incroyable, mais l'arnaque est si bien organisée qu'il y en a qui tombe encore dans le panneau aujourd'hui.

Cette industrie de l'arnaque chez Rushka vous propose même des ateliers/formation pour vous faire entré dans le monde du mannequinat, rien moins que ça.

Pour dégager les curieux et autres victimes, l'agence utilise les gros bras pour faire taire toute opposition. X:"Quand meme, nous sommes face a une pseudo agence de mannequin et ont se retrouve face a des body guard ! Quelque chose ne tourne pas rond la-bas".


Si vous aussi avez été victime de l'agence, vous pouvez nous contacter et nous livrer votre témoignage de manière anonyme via le lien Facebook suivant:


En plus d'arnaquer les gens, la pseudo agence organise des formations, organise des concours du style mystère océan, miss tourisme et autre joyeuseté loufoque !

Témoignage
Si vous avez été victime de cet agence de mannequin Rushka, vous pouvez nous contacté pour nous livré votre témoignage et experience anonyment via Facebook: https://www.facebook.com/ietunisie/




Arnaque agence de mannequin en Tunisie
Ca fait vraiment bizarre qu'une agence de mannequin Turque qui utilise des photo volé d'européens pour vanter leurs service.


jeudi 26 octobre 2017

Un pays où il fait pas bon à investir

Des administrations d'un autre siecle


Un investisseur étranger malgré toutes ses demandes n'ayant pas reçu sa carte de séjour depuis plus de 3 ans (bien que le dossier fût extrêmement complet) s'est vu refuser son embarquement par la police des frontières malgré sa carte de séjour provisoire pour lui et sa famille... 
Cette famille n'a pas pu se rendre aux funérailles de la grand-mère, car il fallait juste avant de partir régler une somme de plus de 6000 dinars pour frais de pénalité sur le territoire ! Rien que ça me direz vous

Otage d'un système pourri

D'un côté le Ministère de l'Intérieur vous indique entre entre 1 et 3 mois pour l'obtention de la carte de séjour, mais en fait cela prend parfois plus d'un an .... et de l'autre la police aux frontières ne vous laisse pas partir si vous ne l'avez pas en temps et lieu voulu, à moins de vous soutirer de l'argent sous forme d'amendes de retard ! 
Quelle logique dans tout ça ?

Il lui a donc fallu s'acquitter de 6000 dinars et plus pour partir (définitivement) suite à l'incompétence des sous-fifres du Ministère de l'Intérieur ... 
Il faut en gros payer pour les conneries des autres si l'on veut sortir du pays ! 

MORALITÉ : Malgré ce qu’on lui avait dit au 2020 et tout c'est beau discours.... L'état a perdu un investissement de 7 millions d'euros et 280 emplois directs, je ne parle pas des emplois indirects. 

Traité comme une merde à l'aéroport, il ne faut pas s'étonner que les hommes d'affaires ne reviennent plus mettre un pied chez nous même en vacances.

C'est aussi ça l'administration tunisienne en 2017

À bon entendeur Salut !!

Si vous avez connaissance de témoignage et de difficulté au pays merci de m'envoyer vos remarques pour le prochain article.

mercredi 13 septembre 2017

Stationnement parking

La police en dépanneuse


Si vous êtes à Tunis, vous aurez remarqué que des dépanneuses circulent avec un policier à bord partout dans la capitale. On pourrait imaginer que la police fait son travail, eh bien non ! Des dépanneurs sont accompagnés de policier à bord de la dépanneuse toute la journée ce qui donne toute sorte d'arnaques. J'en ai été victime la semaine dernière. J'étais garé dans une rue ou j’étais le seul à avoir des plaques étrangères dans la rue. Et je suis le seul à avoir eu des sabots posé sur une roue de la voiture et tout ça pourquoi ? Pour rien puisque je ne gênais pas la circulation sauf la dépanneuse avec le policier qui cherche de l'argent.

Le système actuel n'existe nulle part dans le monde, sauf en Tunisie ou l'ont voit des dépanneurs en camion avec un policier a la chasse aux automobilistes. La police n'a-t-elle pas mieux a faire que de circuler à bord d'une dépanneuse toute la journée ?


Stationnement Tunis

La voiture a été dépanner par ce que je dépassais la ligne blanche de même pas 1 mètre !


À la fourrière évidemment ont trouve que des voitures avec des plaques étrangères a la vue de celle-ci j'ai tout compris du trafic qui se joue !




Police de Tunis
Ajouter une légende

Police de Tunis


Fourrière automobile à Tunis
J'aperçois un policier en trein de bronzer sur sa chaise au soleil
 

Fourrière automobile à Tunis
Un policier attend sur le siege passager le conducteur de la camionnette pour aller faire sa ronde !

Fourrière automobile à Tunis

L'entrée austère de la fourrière automobile à Tunis
L'entrée austère de la fourrière automobile à Tunis


mercredi 24 mai 2017

Les magouilles de la STB.

Des millions qui disparaissent du jour au lendemain sans laisser de trace




STB
L'assemblé extraordinaire 2017

C'est une affaire que j'ai découverte et qui ma fait rigoler. L'occasion était trop belle pour ne pas que je vous la raconte tellement elle est le symptôme de la médiocrité du pays.



Si vous avez suivi un temps soit peu l'actualité vous savez que la plus grosse magouille de la banque durant le règne du dictateur Ben Ali a été de dépouiller la BFT, la banque franco-tunisienne du propriétaire et de vider les comptes pour offrir des crédits illimité et sans contre partie aux hommes d'affaires proche du palais de Carthage.


Lors de l'assemblé générale de la banque cette semaine, ont entend encore des choses qui font peur a notre époque.
Ainsi la banque à réussi à dépouiller 7 millions de dollars a un Américain. Celui a eu le malheur de croire que c'est bon de caisse était en sécurité a la banque STB. Malheur a celui crois que sont investissement est entre de bonnes mains dans les banques tunisiennes.... Vous voila avertit !


Ainsi notre valeureux citoyen à porter plainte auprès de la chambre du commerce de Tunis a obtenu gain de cause. Patatra, mais la banque ne se sentant pas vaincue et pensant qu'elle a dans sont droit persiste a nier les faits et accuse ce citoyen cupide d'escroquerie en faisant appel devant les tribunaux. Les responsables de la banque dans leurs pures propagandes médiatique présente l'affaire comme une injustice d'un juge qui n'y connaît rien en matière pénale et bancaire et d'escroquerie LOL Ceux ci vont même nous donner de leçon de droit, rien moins que ca me dirais vous ! Ca été un moment de pure rigolade que d’écouté le porte-parole de cette bande d’incompétents du conseil d’administration…..

Au final ont l'aura compris, au pays de Ben Ali ont continue a magouillé comme ont l'ont peut par c'est temps d'incertitude économique pétrolière pour les pauvres du sud.

Ah oui j'oubliais le meilleur pour la fin, au cas il faudrait remboursé ce naïf de 7 millions de dollars, sais que la STB est une banque publique et que sont actionnaire c'est l'état, et quand il faudra passer a la caisse ne vous étonner surtout pas si votre feuille d'import augmente lol

mercredi 18 janvier 2017

Mauvaise gestion

Exemple dans les entreprises confisquées



Les mafieux associé a la famille regnante de Ben ali ont pu construire une cimenterie sans permis a l'époque du dictateur Ben Ali

Voici un exemple de mauvaise gouvernance. C'est une grosse entreprise qui est une cimenterie qui appartenait à l'ancienne famille régnante du dictateur Ben Ali. Ce fleuron s'appelle Carthage Cement, c'est la Rolls Royce du secteur, il n'y a aucun équivalent en Tunisie à ce jour. La aussi l'état est mauvais gestionnaire par ce que les hommes politiques ne connaissent rien au monde de l'entreprise. Le ministère des Finances à nommer un business man du nom de Radhi Meddeb par ce que celui-ci est du sérail politique. Et sur base de quoi nomme-t-on quelqu’un qui a déjà ça propre entreprise ? Ce n’est sur la base de rien du tout, il faut juste une signature et une carte du parti politique et vous voilà propulsé à la tête d'une entreprise ou l'état possède 41 % de l'actionnariat. Il y a va de la responsabilité politique de mettre de l'ordre dans cette jungle des nominations politique qui ne sert pas l'état et le contribuable.

Pendant trois ans et demi, depuis janvier 2011 jusque aujourd'hui, l’entreprise est gérée par un conseil d’administration où domine les représentants du ministère des Finances et de la Commission de gestion des biens confisqués. Carthage Cement gérée de manière administrative. Comment une entreprise industrielle ne peut pas souffrir un tel mode de gestion ? Qui va éponger les dettes sinon le contribuable qui paye comme un mouton c'est contribution a l'état ?

Chez Carthage Cement il y a un problème de structure capitalistique, avec un investissement de près de 1 milliard de dinars et un capital de 178 millions de dinars. En règle générale, les entreprises doivent avoir des fonds propres équivalant à 40 à 50% de l’investissement. Dans le cas de cette entreprise, l’endettement de l’entreprise est un fardeau de plus de 250 millions d'euros largement au-dessus de ses capacités de production et de remboursement.

De même les associés et actionnaires de référence de l'entreprise prélèvent des intérêts élevés, indépendamment de la situation de l’entreprise. Ces flux d'argent bénéficient à la fois à l’actionnaire privé et à l’Etat qui engrange de l'argent au détriment de la santé économique de l'entreprise !

Comment l’État peut-il admettre que la société qu'il gère puisse se saigner pour lui et engranger des revenus quasiment virtuels? C’est une situation qu'un vrai gestionnaire d'entreprise n’aurait jamais acceptée. En plus de cela, Carthage Cement est confrontée à des problèmes fiscaux relatifs à la gestion antérieure à la confiscation de l’entreprise qui n'ont jamais été apurés au niveau de l'administration des finances, d'où la bienveillance de l'état aux détriments de la concurrence !

Last but not least, en juin 2014, le gouvernement avait levé toute subvention sur l'énergie (hydrocarbures et électricité) utilisée dans la production de ciment, à un moment où le baril de pétrole coûtait 110 dollars. Aujourd’hui, il est à près de 50 dollars. Ce qui veut dire qu’il a perdu près de 60% de sa valeur. Cette baisse aurait donc dû être répercutée pour en faire bénéficier les cimentiers, dont Carthage Cement. Or, la facture énergétique de l’entreprise a augmenté au lieu de baisser, l'état se mettant la différence dans les poches comme d'habitude. La facture représente aujourd’hui, rien que pour la partie électricité, 50 millions de dinars par an. L'entreprise subit donc un surcoût de 25 millions de dinars par an, mais bon ça n'émeut personne.



dimanche 1 janvier 2017

Des militaires à la tête des entreprises publiques

Des nominations en fonction de la couleur du parti politique


Colonel major Sami BEN SIK SALEM, nouveau ProConsul de la République Tunisienne à Toulouse
Colonel major Sami BEN SIK SALEM, nouveau ProConsul de la République Tunisienne à Toulouse

On a du côté du parlement aujourd'hui des affairistes et des politiciens, et maintenant une meute de loups faits sont entrés en politique. Ce sont en faîte des généraux de l'armée. Maintenant que le loup fait partie de la bergerie, il est tout aussi naturel que l'armée fait sont entrée dans le monde des affaires par ce que ceux-ci leur sont devenus des proches du pouvoir. En politisant de fait l'armée comme le fait le gouvernement, ces soldats du pays obtiennent des privilèges qu'il n'aurait jamais eus sous la gouvernance du dictateur Ben Ali. Chose qui est devenu inouï et qui n'aurait jamais du existé, ce gouvernement d'incompétent la fait. Apparemment a l'armée tout est bon pour manger un bout du pouvoir pour se faire une place en politique, quitte même un jour a renversé c'est idiot qui gouverne le pays ....

Ça a commencé par titiller dans ma tette quand j'ai entendu parlé de c’est nomination partisane dans les entreprises publiques et les consulats. En effet, depuis le début de la révolution, les incapables qui gère l'état ne connaissent que la politisation de l'administration publique et chose encore plus pire ce sont des militaires qui gère maintenant des entreprises publiques de nos jours. Comme si le monde de l'entreprise pouvait être gardé comme une caserne, notre soldat peut il réaliser des business plans et administrer une entreprise comme un camp militaire dans le monde de l'entreprise ? Ont a jamais vu
un civil diriger une caserne ou un bataillon, maintenant ont voit de tout en Tunisie.

En 2015, l'ancien ministre de la Santé Saîdi Aidi avait osé nommer un militaire Chokri Tounsi à la tête d’hôpital civil à Sfax. Le résultat fut des grèves à répétition pendant des mois et au final c'était peine perdue puisque celui-ci a dû dégager et n'a jamais exercer c'est fonctions. Les employés et les docteurs de l’hôpital n’ayant jamais accepté que des militaires viennent leur tenir la main à l’hôpital vu que celui ci doit rester un lieu publique et non militaire. Comble de l'ironie, en octobre 2016 le colonel de l'armée demande à reprendre ses fonctions au ministère de la Défense nationale.


Ilyes Mnakbi, colonel de l'armée de l'air va gére une compagnie aerienne debut janvier 2017

En cette fin d'année 2016 à l'heure d'écrire mon billet, on trouve un autre militaire de l'armée de l'air à la tête d'une grosse compagnie aérienne publique sure endettée qui est Tunisair.
Son CV et son cursus professionnel sont en toute logique loin d'être un manager affûté aux techniques de gestion et de commandement d'une entreprise de l'envergure de TUNISIAR. Jusqu'à sa nomination d'aujourd'hui, il était PDG de la Sonaprov (Société Nationale de Protection des Végétaux). Société dont l'objet est : études, traitements et lutte contrent les parasites des cultures, attention donc aux fous rires !

À noter enfin, que la Sonaprov du temps de notre fameux Colonel Monsieur Mnakbi, était bien à l'abri de la digitalisation dont on parle depuis des années puisqu'elle ne dispose pas à ce jour d'un site web et encore moins d'une page FB pour parlé de c'est parasite ! Le total actif de cette gouvernance ne semble pas valoir le prix d'un réacteur de l'un des porteurs de TUNISAIR.

Et toujours dans la médiocrité de ceux qui nous gouverne, ont découvre qu'en 2015 qu' un autre qui était "militaire ou policier"Sami Ben Sik Salem" est nommer consul en France à Toulouse ! Rien que ça me dire vous. Alors que ce militaire n'avait juste qu'un rôle de garde du corps de la nation du président de la République. Que connaît-il du monde du monde diplomatique ? De ses usages et de son fonctionnement ? Ici en Tunisie on devient du jour au lendemain consul en France. Rien moins que ça me dirait vous encore. Mais expliquer moi depuis quand nomme t'ont des militaires pour leurs compétences diplomatique ou économique? Ce genre de situation n'existe que dans les républiques bananières en Tunisie comme en Afrique. À l'heure de la mondialisation et de la diplomatique économiques tous azimuts, les singes de l'état ont un train de retard en matière de développement économique.

Et puis toujours le gouvernement d'incapable nomme un autre militaire Samir Tarhouni consul en Suisse. Celui dirigeait une brigade d'homme du ministere de l'interieur dans la lutte operationnele sur le terrain. Du jours au lendemain du faite du president de l'epoque Moncef Marzouki ce militaire se trouve dans la diplomatie a l'etranger avec le cheque qui va avec. Qu'en pense les cadres et les diplomate qui etudie et qui attende de servir leurs pays et qui voie leurs place squatté par des uniformes.



Samir Tarhouni Colonel du Ministere de l'interieur devenu diplomate du jours au lendemain du fait du président de la république
Que dire des médias qui ne font pas leurs travaux de réflexion et qui sont devenus les portes-voix du gouvernement ? Pas un seul mot dans la presse à propos des militaires qui devienne administrateur des sociétés publiques de l'état. C'est à ce demande si ce pays n'a aucune valeur et ne connaît aucun bon gestionnaire ayant réussi dans le monde des affaires. Que font les syndicats de l'administration publique ? Rien du tout, elle laisse faire ...

Quand ont veut prétendre a être administrateur et dirige une entreprise ont se doit d'avoir de l'expérience et avoir un diplôme en relation avec sont métier et de passer des examens d'entrée. Si vraiment c'est militaire sont si bon pour diriger des entreprises, qu'attend ton pour les employés dans toutes les administrations du pays et toutes les entreprises privés.

En vérité, nos pseudo petit homme politique sont juste la pour politiser et placer leurs hommes de main partout ou ils le peuvent. Peut importe que l'entreprise comme Tunisair croule sous une montagne de dette de 400 millions d'euros, de toute façon c'est le contribuable passera a la caisse.

Les militaires sont là pour défendre le pays et non pour faire perdre de l'argent aux contribuables, leurs places se trouvent dans les casernes. Deja que le pays est en faillite économique, maintenant on a droit à des guignols en uniforme. Nos dirigeants politiques sont des incompétents qui pensent qu'une entreprise peut se diriger comme une armée de béni-oui-oui.

Ce n'est pas en remerciant et nommant c'est copains que l'état montrera l'exemple en matière de gouvernance, ça sera encore plus pire lorsqu'ont verra que les entreprises sus mentionner croulerons encore plus économiquement sous leurs montagnes de dette, bien sûr c'est costumars en costume de politicien ne seront plus la et les nouveaux arrivant fermerons les yeux sur les anciens par ce que ceux-ci ne feront pas mieux que les premiers !


Même la Régie nationale des tabacs et des allumettes n'est pas épargnée

Je ne vous ai parlé que des cas les plus connus mediatiquement mais d'autres cas de militaires sont nommer par decret de du premier ministres et il prette a rire. Monsieur Nezih Boughattas, commandant, est chargé des fonctions de chef de service du transit à la régie nationale des tabacs et des allumettes (ministère de l’économie et des finances). Comme si les allumettes en transit disparaissait sur le chemin et qu'il faille nommer un militaire pour faire face a la contrebande au sein de la Regie du tabac !

Ainsi Monsieur Ridha Djebbi, capitaine, est chargé des fonctions de chef de service de marketing et de contrôle des marchés des produits monopolisés à la régie nationale des tabacs et des allumettes (ministère de l’économie et des finances). Comme si un capitaine de service pouvais comprendre quelque chose au marketing et puis je doute vraiment que ce militaire comprenne vraiment quelque chose aux affaires ....

Pour la seule année 2014, les emplois fictifs explosent aux ministères des Affaires étrangères.

Monsieur Walid Doudech, ministre plénipotentiaire, est chargé des fonctions d'ambassadeur représentant permanent de la République Tunisienne auprès de l'Office des NationsUnies et les institutions spécialisées à Genève. C'est quoi un ministre plénipotentiaire, occupe-t-il un poste ou s’agit 'il d'un poste fictif sans aucune affectation ?


Monsieur Ghazi Jomaa, ministre plénipotentiaire hors classe, est chargé des fonctions d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Tunisienne à Vienne. Bref, un ministre hors classe sans aucune affectation devient ambassadeur plénipotentiaire du jour au lendemain.

Monsieur Mohamed Ali Chihi, conseiller des services publics, est chargé des fonctions d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Tunisienne à Paris. 

Monsieur Mohamed Bougamra, ministre plénipotentiaire, est chargé des fonctions de consul général de la République Tunisienne à Paris. 

Monsieur Mounir Fourati, ministre plénipotentiaire, est chargé des fonctions de directeur adjoint du courrier et de la valise diplomatique à la direction du courrier et des télécommunications au ministère des affaires étrangères. Nous sommes entre les bonnes mains, il faut apparemment un ministre pour transporté la valise diplomatique en Tunisie.
Monsieur Sami Saidi, ministre plénipotentiaire, est chargé des fonctions d'inspecteur adjoint directeur adjoint à l'inspection générale au ministère des affaires étrangères. Je n'ai rien compris dans cet nomination, c'est du charabia de singe.


samedi 3 décembre 2016

Les investissement des pays du Golf en Afrique

Hamad Buamin, PDG de la chambre de commerce de Dubai explique la stratégie africaine des investisseurs des pays du Golf en Afrique




HAMAD BUAMIM
HAMAD BUAMIM


Il existe une proximité géographique et historique entre l’Afrique et le golfe Persique, mais celle-ci ne s’est pas véritablement transformée en une relation économique intense. Pourtant certaines nations du Moyen-Orient lorgnent vers l’Afrique au cours des dernières années. Cela
se traduit dans les chiffres, comme le montrent les investissements directs étrangers (IDE) en Afrique subsaharienne en provenance des pays du Golfe qui se sont élevés à 9,3 milliards de dollars entre 2005 et 2014, lesquels sont en constante augmentation.

La montée en puissance des Etats membres du Conseil de coopération du golfe Arabique (CCG), plus particulièrement les Emirats arabes unis (EAU), sur le continent. Dans un entretien avec Hamad Bua- mim, président directeur général de la Chambre de commerce de Dubaï, j'ai abordé la stratégie, les types d’investissements, les intérêts ainsi que les raisons qui se cachent derrière l’intensification des relations entre l’Afrique, les pays du Golfe et l’EAU.

Depuis le début du xxie siècle, les rapports entre les pays du Golfe et l’Afrique ont connu une forte croissance. Quels rôles peuvent jouer les Etats issus de votre région en Afrique ? 


HAMAD BUAMIM : Avec leurs économies avancées reposant sur une solide expansion des infrastructures, de la logistique et une croissance financière, les pays issus du golfe Persique peuvent transférer leur savoir-faire en apportant une expertise dans le développement d’un réseau routier, portuaire et aéroportuaire de niveau mondial. De plus, avec leur expérience dans la gestion de projets et la construction d’usines ou de centres commerciaux, les compagnies de la sous-région sont en mesure d’aider à combler les écarts existants en Afrique dans ces domaines. Enfin, comme plusieurs études publiées par notre institution le soulignent, ces compagnies contribueraient probablement à faire évoluer l’économie islamique en Afrique de l’Est et australe, car il y existe un fort potentiel.

Quels sont les obstacles au développement du business en Afrique? 


H.B. : Pour les investisseurs étrangers, il y a effectivement plusieurs barrières à surmonter, comme les incertitudes politiques et économiques de certains pays. Bien que l’infrastructure et les réseaux
de télécommunication se développent fortement dans certaines régions, le manque de main-d’œuvre qualifiée a un impact sur les investissements. Néanmoins, l’un des défis majeurs est l’absence de législations appropriées ou l’ambiguïté émanant de ces dernières pour les investisseurs, ainsi que
le manque de transparence dans certains domaines, ce qui peut affecter la performance de divers secteurs. Enfin, on peut citer aussi les risques liés aux problèmes opérationnels, le non-respect des obligations d’un contrat, la volatilité de certaines monnaies, le changement de gouvernement, surtout pour les projets à long terme, qui sont aussi parmi les éléments qui préoccupent les membres de notre organisation, lesquels perçoivent encore l’Afrique comme un marché à risque.

Quels sont les secteurs qui intéressent le plus les investisseurs issus des pays du Golfe? 


H. B. : Les considérables richesses en ressources naturelles et l’augmentation croissante d’investissements dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), les télécommunications ainsi que l’agriculture ont réussi à attirer des investisseurs internationaux.

Concernant ceux des pays du Golfe :
 les services financiers, la grande distribution, le tourisme, la logistique, la construction d’infrastructures portuaires, la gestion de partenariats et les transports. Toutefois, avec le développement de la classe moyenne et l’augmentation de la demande pour les biens de consommation et des services, les personnes issues de notre région et disposant de capitaux explorent d’autres secteurs, tels que le textile, les équipements électroniques ou l’industrie auto- mobile. Cet intérêt se voit dans les chiffres. A titre d’exemple, les échanges commerciaux, hors hydrocarbures, entre Dubaï et le continent africain sont passés approximativement de 2,9 milliards de dollars en 2002 à plus ou moins 23 milliards de dollars en 2011. Pour l’année 2014, ils ont atteint la somme de 32,1 milliards de dollars.

Selon l’étude de la Chambre de commerce de Dubaï intitulée «Au-delà des matières premières : les investisseurs du Golfe et la nouvelle Afrique», il semble que l’Afrique de l’Est soit considérée comme la région la plus attrayante pour les investisseurs issus de votre région? Pourriez-vous me dire pourquoi? 

H.B. : En effet, cette partie du continent est la plus attrayante pour les investissements non liés aux matières premières, là les secteurs de la grande distribution et des hypermarchés, des banques, du tourisme ainsi que le marché de l’automobile jouent un rôle clé. De plus, l’augmentation significative de la classe moyenne dans des pays tels que l’Ethiopie, le Kenya et l’Ouganda stimulent la demande pour l’accès à des soins de santé et l’éducation privé; des domaines où nous tentons d’accroître notre présence. Néanmoins, l’absence d’infrastructures développées a un impact sur les coûts de logistique qui restent élevés. De ce fait, les investisseurs du Golfe se concentrent sur les opportunités offertes dans les sous-secteurs de l’aviation tels que le ravitaillement et les services de manutention au sol. Nous pouvons aussi citer le marché des fleurs (Kenya) où Dubaï sert de plateforme importante pour la réexportation de ces dernières.